Écouter l'ambiance de Requiem
 

Partagez | 
 

 Peter Lynch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fascinant prestidigitateur

avatar

Peter Lynch
Fascinant prestidigitateur

Inscription : 20/07/2015

À SAVOIR
Âge : 268 ans
Couleur de parole : #663399
Dons:
DonsTypeNiv
1Hypnose04/10
2Discrétion03/10
3Fascination06/10

MessageSujet: Peter Lynch   Lun 20 Juil - 17:01


État civil

• Nom complet : Peter Henry Amadeus
• Race : Vampire
• Date/lieu de naissance : 17/11/1800 à Harlech, Pays de Galles
• Age : 268 ans, la trentaine d'apparence

• Adresse actuelle : Inconnue
• Profession : Prestidigitateur
• Statut marital : Veuf

• Taille / Poids : 1m90 / 80kg
• Couleur des cheveux / Yeux : Blond cendré / Vert sombre

Particularités

• Signe(s) particulier(s) : Un regard malicieux et un bon grain de folie.

• Une info importante ?


• Crédit avatar : Sunni-sideup DA

Statistiques

Aptitudes

• Hypnose : 4/10
• Discrétion : 1/10
• Fascination : 5/10

• Explications :
Basé sur la suggestion, Peter peut amener les fascinés à lui révéler certains secrets ou bien à faire certaines choses qu'ils ne feraient pas d'ordinaire. Plus la volonté est forte, et plus l'état d'hypnose demande du temps afin d'en tirer quelque chose. L'effet dure tant qu'il tient la personne sous son emprise, et s'estompe naturellement au bout d'une heure. Entre autres, cela ressemble fortement à l'hypnose de base, mais en plus avancé. La particularité de son don est qu'il peut ajouter à sa convenance des hallucinations plus ou moins délirantes pour déstabiliser ceux qui seront alors des victimes, et non plus des jouets. Elles s'estompent elles aussi au bout d'une heure environ.
Contrôle de la Bête

75 % + le stimulus qui fait réagir la Bête.

Descriptions

Physique

Pet' est grand et fuselé. On ne peut pas dire qu'il soit physiquement impressionnant, en dépit de son mètre quatre-vingt dix. Une musculature fine, suffisante, qui permet à ses nombreux costumes de lui seoir convenablement. On a souvent tendance à confondre la couleur de ses yeux, les confondant parfois avec une teinte de noisette, alors qu'ils sont bel et bien verts. Mais d'un vert sombre. S'il ne plaquait pas ses cheveux blond cendré en arrière, ces derniers seraient certainement plus généreux en boucles. Mais c'est avant tout sur les larges pointes qui lui couvrent les épaules qu'on les repère.
Il a un visage gracieux, plutôt bien harmonisé, et s'il reste bel homme, cela ne fait en rien de lui un critère universel de beauté. Par contre, sa bouche se pare d'un sourire à la moindre occasion. Peter aime sourire, rire, ce sont des expressions tellement plus chaleureuses que la peine ou la colère. D'ailleurs, lorsqu'il lui arrive d'être confronté à ces sentiments sombres, son regard semble se faire plus sombre et plus menaçant.

Caractère

Peter est quelqu'un de très expressif. Son éternel sourire aux lèvres peut en agacer plus d'un, même s'il est en général communicatif. C'est un bon vivant, mais aussi un réel emmerdeur. Farceur, il aime rire et tourmenter son entourage en leur jouant quelques tours. Quelque peu orgueilleux, il ne tarit jamais d'éloges à propos de ses années passées aux côtés de Pyry, dont il est incroyablement fier. Il s'accroche fermement à cette image de lui-même, oui, il est quelqu'un de bien, d'utile à la société, qui a de nombreuses fois prouvé sa bonne volonté au monde. On peut facilement le croire hautain, de par sa façon de s'exprimer, parfois encore commune à l'ancien temps. Du reste, il est très rare de le voir triste, ou même énervé. Il prend tout avec dérision.
C'est certainement cette attitude de bon vivant qui lui permet d'avoir un certain contrôle sur sa Bête. Elle ne l'emmerde pratiquement jamais, ayant eu son heure de gloire pendant plus d'un siècle. Les seules raisons qui pourraient le pousser à la laisser le submerger, serait de le voir entrer dans une colère noire, ou bien de se laisser aller à quelques instants de débauche trop pervers. Sa Bête aime les vices, la luxure, et la haine.

Possessions

Peter a hérité de la demeure familiale, le château d'Harlech, dont il conserve l'acte de propriété dans l'un de ses coffres-forts. Il en compte trois. L'un à Paris, où sont regroupés tous ses papiers importants : passeports, titres de séjour, actes de naissance, actes de propriétés, etc... Un second à Cardiff, qui contient toutes ses richesses amassées et économisées : bijoux de famille, médailles, argenterie de haute lignée, et quelques lingots d'or. Le dernier a un côté plus sentimental, puisqu'il y garde précieusement tous les souvenirs qui ont pu le relier à ses deux épouses : photos, foulards, flacons de parfum presque vides, etc...

Histoire

Entourage

Pyry Lönnrot : Son plus vieil ami humain. Ils se sont connus au VII, formant un binôme du tonnerre pendant de longues années. Par la suite, lorsque le hunter a décidé qu'il était temps de changer d'air, Peter l'a suivi jusqu'au bout du monde. Un lien fort les unit. Quand Pyry a dû rentrer en Finlande pour s'occuper de sa petite fille, Peter a repris son chemin, mais a continué de lui rendre visite dès qu'il le pouvait.

Kiia L. Lönnrot : Il l'a connue gamine, et la verra certainement encore longtemps comme telle. Il la trouve parfois bizarre et assez coincée. En réalité, ça l'attriste un peu de la voir aussi renfermée. Une vie humaine, c'est trop court pour être gâché, n'est-ce pas ?

Blackwidow : Dite Biwi ou encore Blacky. Il est persuadé qu'elle est secrètement amoureuse de lui, et qu'elle traduit cet amour refoulé en l'engueulant dès qu'elle peut. Il adore l'emmerder, clairement, mais sait aussi lui montrer son intérêt en lui envoyant des petits cadeaux par colis. D'ailleurs, il lui fait chaque année parvenir un présent pour Noël et pour son anniversaire.

Prince Abel : Il a eu l'occasion de le côtoyer lorsqu'il était porte-parole au Conseil. Lui est d'avis qu'Abel sait effectivement tenir ses troupes, et qu'il mérite donc la place sur le trône de Londres. Le seul différend qui pourrait éventuellement les opposer, c'est lorsque le Prince prononça son refus qu'il puisse étreindre sa troisième compagne, Vicky, parce qu'elle avait été jugée trop instable pour endurer les épreuves de la Bête. S'il a pardonné aujourd'hui, il reste persuadé qu'Abel avait également une raison personnelle de lui refuser cette étreinte.

† Clarissa Di Viacci : Sa toute première épouse, du temps où il était humain. Il a eu trois enfants avec elle, deux garçons, et une fille.

Lily Mirrin : La beauté australienne. Celle avec qui il a vécu ses plus sombres années. Il a coupé tout contact avec elle, totalement, c'est d'ailleurs suite à leur rupture définitive qu'il a décidé de changer de prénom, et de nom. Cette vampire est encore plus tarée que celui qu'il était à l'époque, le monde gagnerait grandement à la voir morte une bonne fois pour toutes.

† Vicky Browns : Deuxième épouse. Ils n'avaient a priori rien en commun, et pourtant, Peter est tombé amoureux de cette humaine au premier regard. Elle lui a permis de s’assagir et de commencer à rentrer dans les rangs. Gravement malade à l'âge de 37 ans, il supplia Abel d'autoriser son étreinte, seule possibilité de survie pour elle. Mais, de par son handicap de schizophrénie, jugée trop instable, on la refusa catégoriquement. Peter resta à ses côtés et prit soin d'elle jusqu'à ce qu'elle rende son dernier souffle, cinq mois après.

Moreen Powell : Celle à l'origine de son étreinte, sa Créatrice. Il ignore si elle est encore vivante aujourd'hui, la dernière fois qu'il l'a vue, elle devait passer en jugement pour faute grave devant le Conseil de Pékin. Il entretenait de bons rapports avec elle, mais ne s'est pas senti aussi affligé qu'il s'y attendait lorsqu'il l'a supposée morte.

Histoire

Chapitre I : Clarissa

Au 17 novembre 1800, dans la maisonnette de vacances d'Harlech, naissait l'unique enfant de la famille qui serait plus tard à l'origine d'une des plus grosses zones d'exportation de charbon du Royaume-Uni. Amadeus Mountstuart de son premier nom, fils d'un aristocrate écossais dont les parents, Lord John Mountstuart et la Charlotte Jane Windsor en personne, avaient hérité d'une grande partie des terres de Galles un peu après le milieu du XVIIIème siècle. Ils exploitèrent longtemps les minerais, purent extraire encore et toujours plus de charbon, jusqu'à la construction du port qui leur permettrait d'exporter leurs ressources et de commencer à constituer la plus grande richesse de Galles.

C'est donc en tant que marquis qu'Amadeus grandit, fils de haute noblesse, et pourtant petit habitant parmi la faible foule du pays. Cardiff ne comptait à cette époque qu'un millier d'habitants, aussi, l'on faisait rapidement le tour des visages, surtout lorsque l'on se doit de recevoir et de se montrer. C'était aussi l'époque où l'Empire italien commençait tout juste à visiter du pays. Les grandes familles, surtout, et c'est comme ça qu'il connut Clarissa. D'un projet de commerce de grande envergure, il fut la monnaie d'échange. On le fiança à la belle italienne, avec qui il passa de longues années tranquilles, et qui donna même naissance à trois beaux enfants.
Mais lorsqu'on se pavane d'or noir et de diamants, l'on attire les convoitises de certains ennemis. La guerre frappa les côtes l'hiver 1832. Tout homme capable de porter une arme devait se rendre au combat. Malgré son statut, le marquis ne fut pas épargné, et dut se rendre dans les tranchées aux côtés de ses frères gallois. Chacun défendit les terres avec ferveur, repoussant les ennemis jusqu'à ce qu'ils quittent définitivement le pays.

Il avait sympathisé avec ses frères d'armes, le fils de bourge savait se battre lui aussi, lorsque c'était nécessaire, et était capable de sortir de son petit confort. L'un de ses compatriotes, avec qui il passait la plupart de ses nuits de garde, l'avait souvent intrigué de par sa silhouette trop courbée et ses traits similaires aux visages des femmes.
Alors qu'ils étaient de corvée de rempiler les corps tombés au combat, l'un des ennemis qu'il voulut déplacer éleva son tromblon et tira une balle dans un dernier souffle. Amadeus la prit en pleine poitrine et s'écroula, sous le cri trop aigu de son camarade qui accourait déjà, achevant une nouvelle fois l'assaillant d'un coup de crosse, au cas où. Quelle triste fin, quelle mort stupide ! Lui qui venait tout juste d'apprendre qu'on lui avait offert une fille, jamais il ne pourrait la connaître, ni voir son visage.

Lorsqu'il se réveilla, plusieurs jours après, il pouvait sentir l'odeur des pins, la rosée des fougères, le souffle du vent glissant distinctement sur sa peau. Grand dieu qu'il était froid. Glacé, comme la mort. N'était-il pas censé l'être d'ailleurs ? Non, pas encore, son heure n'était pas venue. Son compagnon d'armes en avait décidé autrement. Qui êtes-vous ? demanda-t-il alors à la créature qui l'avait épargné et qui, sous ses airs de soldat dévêtu, ne ressemblait plus vraiment à son camarade. Le choc fut brutal. D'abord, il apprit qu'Il était en réalité une femme, Moreen Powell. Mais comment ? Et pourquoi ne puis-je pas enlacer mon enfant près de l'âtre ? Elle lui révéla la sombre existence d'êtres sortis des profondeurs de la nuit, de certains sanguinaires, de certains solitaires, comme elle. Les vampires. Et il comprit, oui, avec stupeur, que jamais il ne pourrait revoir sa femme, ses deux fils, et sa petite dernière, Joyce June, du nom qu'ils avaient choisi, en référence au bonheur d'apprendre sa venue au dernier mois de juin.
Mais Moreen s'occuperait de lui, elle l'avait promis, elle lui apprendrait tout ce qu'il y avait à savoir de ce nouveau monde qui était désormais le sien. Quel autre choix avait-il sinon que celui de la suivre à défaut de s'apporter la mort ultime ? Peut-être pourrait-il veiller de loin sur sa famille, après tout. Non ! avait-elle interdit. Quand tu seras prêt.
Très bien. Alors j'attendrai.

Chapitre II : Moreen

Les années s'écoulèrent et chaque jour apportait son nouveau lot d'impatience. Moreen l'avait forgé comme elle avait pu, lui apprenant tous les tenants, tout ce qu'il y avait à savoir, mais aussi les contraintes, et les règles auxquelles il devait se tenir pour leur communauté. Et il l'avait écoutée, lui avait obéi, même, comme un animal docile. Pourtant, il sentait qu'une part sombre de lui-même ne demandait qu'à faire taire celle qui l'empêchait d'assouvir ses envies les plus noires, qui le retenait enchaîné inlassablement, quand lui ne songeait qu'à profiter de cette vie extraordinaire qu'elle lui avait offerte. Mais Moreen tenait bon, il ne fallait pas qu'Amadeus se laisse submerger par sa Bête. Elle lui avait même fait traverser la moitié du monde pour ça, se réfugiant sur les terres australiennes. Il lui fallait résister, pour ne pas commettre l'irréparable, pour éviter les drames et le sang. Pourquoi ?! ne cessait-il de s'interroger. Pourquoi devrait-il s'imposer des limites quand il n'avait qu'à se servir parmi les foules. Le don qu'il avait développé l'aiderait sans problème, non ? Et il pourrait leur faire tout oublier sous hypnose ! Mais non, sa Créatrice le lui avait formellement interdit. Cette frigide à canines commençait à sérieusement l'emmerder.

La nouvelle amie qu'il s'était faite était entièrement d'accord avec lui. Ce n'est pas parce que Moreen t'a étreint qu'elle a tous les droits sur ta personne. Tu n'es ni son jouet, ni son esclave, tu devrais penser à le lui rappeler, disait-elle. Elle le lui répétait un peu plus chaque jour, et avec ses mots, son désir de liberté grandissait. Mais Moreen l'avait sauvé en quelque sorte, en lui accordant l'immortalité. Il lui était redevable, non ? Rien à foutre ! Cette comédie de possessivité extrême avait assez duré !

15 ans que je te laisse me mener par le bout du nez ! Il faut que cela cesse, Moreen, ne teste pas davantage ma patience ! Tu sais quel mal me ronge, tu sais depuis quand j'attends ! avait-il grogné.

Sa Créatrice avait gardé son calme, lui avait grogné avant de la saisir par la gorge pour la plaquer violemment au mur. Tue-la, lui avait-elle soufflé. Elle t'emprisonne, tu dois t'en débarrasser. Non... Il ne pouvait pas faire ça.

Je vais m'en aller maintenant. Tu ne me retiendras pas. Tu ne me chercheras pas. Tout ira bien, Moreen. Tout ira bien.

Chapitre III : Lily

Ainsi se retrouva-t-il aux côtés de Lily, elle qui savait l'accepter tel qu'il était, qui le comprenait, et qui le poussait à céder à la moindre de ses envies. Après avoir voyagé cinq ans, Amadeus voulut rentrer au pays, mais il n'y avait plus de trace de la petite famille qu'il avait laissée derrière lui. Ils étaient partis à sa mort. Quant au château, il avait été laissé à l'abandon, c'est donc là qu'ils s'installèrent.
Très vite, l'atmosphère lugubre du domaine se transforma en terres de débauche. C'était l'endroit prisé des vampires prônant leur supériorité et leur droit total sur les humains. Alcool, sang, orgie... Chaque jour était différent du précédent, on se nourrissait dans un coin, on forniquait dans l'autre. L'éternité aux parfums de luxure semblait parfaitement lui convenir. C'était si simple après tout, il n'avait qu'à convaincre les bonnes personnes d'investir dans sa cause. Et n'était-il pas un comte de son vivant ?

Quatre ans passèrent encore, quand Lily lui ramena un joli cadeau d'un voyage qu'elle avait effectué. Une jeune femme, n'ayant pas encore atteint le quart de siècle, blonde comme les blés, fraîche comme un rayon de soleil.

Tu me gâtes, ma chère. Je savais qu'elle te plairait.
Approche mon enfant.

S'il avait pu savoir si bien dire... Un an à profiter des vertus envolées de son nouveau jouet, à la séquestrer dans les affres du plaisir, à la goûter à chaque nouvelle parcelle. Délectable.

Tu ressembles à une femme que j'ai connu il y a longtemps, te l'ai-je déjà dit ?
Oui, Monsieur.
A cela près que tu n'as pas de cheveux sombres comme elle les avait.
Je le sais, Monsieur.
Hm, hm... De quoi pourrait-on parler alors... Oh, je sais ! Comment était ton mari ? Suis-je un meilleur amant ?
Je n'étais femme d'aucun homme, Monsieur.
Comment ? Ton père ne t'a-t-il donc pas donnée à un époux ?
A vrai dire, je n'ai jamais connu mon père, il est mort à ma naissance.
Quelle étrangeté que celle-là. Sais-tu de quoi il est mort ?
Maman m'a raconté qu'il était tombé pour son pays.

Il avait été troublé par la similitude de son histoire. Puis il avait froncé les yeux.

Ce ne peut... Dis-moi, sais-tu pourquoi Lily a tenu à t'appeler J.J. ?
Je pense que c'est parce que ce sont mes initiales, Monsieur.
Tes initiales ?
Oui, Joyce, June.

Stupéfait, il lui avait demandé de dormir à présent, et s'en était allé trouver Lily.

Sale garce ! Tu le savais depuis tout ce temps, n'est-ce pas ?!
Elle avait ri, targuant qu'il n'avait pas été très réfléchi.
J'ai baisé ma propre fille dans tous les sens pendant un an, et tu n'as jamais trouvé le moyen de me prévenir ?!
Pourquoi tant de cris ? Je pensais que tu le savais, tu ne peux décemment pas m'accuser de ton manque de jugeote. Et puis... tu avais l'air de si bien t'amuser avec elle, je ne voulais pas gâcher ton incestueux plaisir, mon cher.
Je la ramènerai dès demain à sa mère.

Mais jamais il n'en avait eu l'occasion. A peine l'aube avait-elle effleuré le ciel, que Lily s'était fait la belle avec sa fille, laissant un message sans scrupule sur le vélin, quant à sa volonté de l'étreindre puisqu'il n'avait pas le cran de le faire. Il s'était mis à leur recherche, traquant sans répit. Mais il ne les avait jamais retrouvées.

Chapitre IV : Vicky

Déshonoré, il avait changé d'identité, et s'était enfermé pendant de longues années à Harlech, tentant désespérément d'oublier sans jamais le pouvoir. Jusqu'au jour où la rumeur courut que Lily avait été aperçue à Londres en compagnie de l'une de ses infants. Il ne lui en avait pas fallu plus pour s'y rendre.

C'est là-bas qu'il rencontra le Prince Abel et Blackwidow, dans la première dizaine de création du VII. Il ne l'intégra pourtant pas tout de suite, se cantonnant à la raison personnelle de sa venue. Ainsi, il arpenta les rues de Londres à la recherche de Lily, écoutant dans les tavernes, tirant ses informations aux moins chanceux. Mais rien ne semblait le mener à elle. Toutefois, il relayait ces informations au VII, autant qu'elles servent à quelqu'un. C'est comme ça que plus tard, lorsque le Prince retrouva sa place, il entra au Conseil en tant qu'informateur. Ces années l'aidèrent à prendre du recul, même s'il nourrissait encore et toujours une haine profonde et un désir de vengeance. Il rencontra Vicky, et tomba amoureux de sa fraîcheur. Sans qu'elle ne sache jamais ce qu'il était, elle contra pourtant ses plus sombres idées, apportant un peu de chaleur à sa morne existence. Il prit un congé pour partir avec elle en voyage, l'épousa, continuant toujours à évincer ses doutes quant à sa nature en la convainquant que rien de tout cela ne pouvait exister. Ils rentrèrent à Londres, et la vie se poursuivit sans encombre quelques temps.

Jusqu'à ce que Vicky tombe très malade. Henry implora Abel de l'autoriser à l'étreindre, mais on lui refusa malgré toutes les belles promesses qu'il avait pu faire. Elle était condamnée, il ne voulait pas accepter qu'elle puisse le quitter, ne sachant pas comment il ferait alors sans elle. La vie la quitta petit à petit, et avec sa mort, il prit congé définitivement du Conseil, accusant le Prince d'avoir tué le deuxième amour de sa vie. Il repartit s'exiler à Harlech, retombant dans son quotidien de vices d'antan...

Chapitre V : Pyry

Il erra pendant de longues années, se contentant des plaisirs simples et sans attaches. Mais tout cela ne lui convenait pas, non, c'était une bien triste vie dans l'immortalité.

En 1980, Moreen vint le retrouver.

As-tu pu comprendre tes erreurs ? Tant d'années de vices, Amadeus, à te servir de vies humaines comme si Dieu lui-même te l'avait permis. Qu'est devenu l'homme brave que j'avais connu ? Où est passé le soldat, le père, le bienveillant qui se battait pour une cause juste ? Ce n'est pas pour te voir mourir un peu plus chaque jour que je t'ai accordé la vie ce jour-là...
Et que voudrais-tu que j'y fasse ? Tu avais raison, cela te convient-il ? Tu peux retourner d'où tu viens à présent !
Non, cela ne me convient pas. Il est temps que tu redores ce blason si noble qu'était le tien. Investis-toi, colore ton cœur terne.
Mon cœur est mort, tout comme moi. J'avais cru pourtant, qu'il s'était remis à battre pendant quelques années, mais c'était avant qu'on me l'arrache à nouveau !
A qui la faute ? Ne crois-tu pas que tu as mérité quelques malheurs pour ceux que tu as causés ?
Alors pourquoi n'es-tu pas venue m'en empêcher ? Toi, ma Créatrice, pourquoi n'as-tu pas chercher à me retrouver avant que je connaisse de nouveaux drames ?!
La vie n'est-elle pas pleine de rebondissements ? Avec son lot de malheurs et de réjouissances ? Il n'y a que toi qui puisses choisir l'homme que tu veux être, aussi immortel sois-tu.
Pourquoi maintenant ? En quoi serais-je différent ?
Parce qu'aujourd'hui tu es prêt à l'entendre.

Une interminable conversation avait suivi, Moreen avait réveillé l'âme du comte qui s'était éteinte depuis trop longtemps. Afin de tourner une page définitive sur son passé, il avait emprunté une nouvelle identité, encore : Peter Lynch. Et celui-là commencerait sa rédemption au VII.

Les premières années furent complexes. Jamais de partenaire fixe, trop enflammé, trop arrogant, trop trop. Et puis, il y eut un jour ce hunter venu de Finlande. Rien que l'expression de son visage lui donnait la gerbe. Il puait la sagesse et la bonne humeur. Leurs débuts furent éreintants, mais jamais Pyry n'abandonna. Avec le temps, Peter et lui devinrent bien plus que des partenaires, ils devinrent des amis. Un ami qui l'avait changé, et qui lui redonnait chaque jour un nouveau goût d'espoir. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas entrevu la lumière de l'humanité. Comment avait-il pu tenir sans elle ?

Ensemble, ils formèrent l'un des binômes les plus efficaces de leur époque. Et lorsque Pyry évoqua l'envie de voyager aux quatre coins du monde afin d'apporter son expérience aux autres contrées, Peter ne réfléchit pas deux secondes pour lui demander de le laisser l'accompagner. Ainsi, ils parcoururent le monde et quêtèrent sans fin. Jusqu'à ce que son vieil ami ne doive retourner chez lui pour s'occuper de sa petite fille. Ils allaient devoir se séparer. Encore un adieu...

Promets-moi de toujours venir me voir, Peter. Cela me ferait beaucoup de peine autrement.

Une promesse, celle de ne jamais oublier qui il était réellement. Puisqu'il était inconcevable pour lui de retourner au VII sans son partenaire, Peter voyagea de nouveau, s'installant dans les pays d'Asie où il pratiqua jusqu'à alors le métier de prestidigitateur. Au moins une fois par an, il revenait à la rencontre de son vieil ami pour lui conter ses aventures.

Jusqu'à ce qu'un appel inattendu ne le ramène vers Londres, aux côtés de son ancien binôme, là où la lune avait pu voir renaître un vampire trop longtemps torturé, aujourd'hui souriant et respirant la joie de vivre.

Derrière l'écran

• Comment avez-vous découvert le forum ? Pourquoi l’avoir choisi ?
TC ♥

• Êtes-vous très actif ? Moyennement actif ? Très occupé IRL ?
Plutôt active.

• Si vous veniez à disparaître définitivement, que devons-nous faire de votre personnage ? (le considérer comme mort, le mettre en prédéfini, etc.)
Considérez qu'il sera retourné d'où il vient.

• Une remarque ? Un commentaire ?
Papillons et Chamallows ♥

• Avez-vous bien signé le règlement ?
J'y retourne de ce pas !
Revenir en haut Aller en bas
Fascinant prestidigitateur

avatar

Peter Lynch
Fascinant prestidigitateur

Inscription : 20/07/2015

À SAVOIR
Âge : 268 ans
Couleur de parole : #663399
Dons:
DonsTypeNiv
1Hypnose04/10
2Discrétion03/10
3Fascination06/10

MessageSujet: Re: Peter Lynch   Ven 31 Juil - 3:34

J'ai finiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii \o/ !!!

DONC, je peux maintenant expliquer pourquoi je n'ai volontairement pas mis les points de compétences. La raison est toute simple. De par son âge, je voulais savoir s'il était possible d'obtenir quelques petits points de plus. Je vous laisse prendre connaissance de mon histoire (carrément brouillon je l'avoue u_u), et juger si Pet' mérite effectivement un avancement de points et si oui, combien.

Merci d'avance et bon courage pour la lecture -w-.
Revenir en haut Aller en bas
Master of London

avatar

The Smog
Master of London

Inscription : 10/05/2009

À SAVOIR
Âge : Vieux
Couleur de parole : #A61E1E
Dons:
DonsTypeNiv
1
2
3

MessageSujet: Re: Peter Lynch   Ven 31 Juil - 21:32

Bonsoir et (re) bienvenue o/

Nous avons beaucoup aimé ta fiche qui, bien que longue, est riche en rebondissements et aventures. Le personnage nous semble très prometteur.
Juste une paire de petites remarques/corrections avant de pouvoir te valider :

=> Quelques contresens et mots mal employés ça et là (liste disponible sur demande par mp, mais sinon je pense qu'il suffit d'une bonne relecture Wink. Je n'en signale qu'une qui m'a rendu aveugle : le verbe SIÉER n'existe pas, c'est le verbe SEOIR^^)

=> Dans l'entourage et l'histoire tu dis parfois deux épouses, parfois trois :

Citation :
c'est lorsque le Prince prononça son refus qu'il puisse étreindre sa troisième femme, Vicky,
Citation :
† Vicky Browns : Deuxième épouse.

Alors, il en a épousé combien finalement ? XD


Voilà, c'est tout pour le moment. Signale nous quand tu as fini de corriger que nous venions relire et te valider Very Happy

Bon courage o/



EDIT : Désolé, j'avais oublié la question des points. Donc après de longues discussions et réflexions au sein du staff, nous avons décidé de ne pas accorder de points supplémentaires aux personnages plus âgés ou expérimentés que les autres. Il ne nous est pas possible de juger de ce qui mériterait combien de points selon les personnages, donc nous nous en tenons à la règle de base de 10 points pour chaque nouveau perso.
Revenir en haut Aller en bas
Fascinant prestidigitateur

avatar

Peter Lynch
Fascinant prestidigitateur

Inscription : 20/07/2015

À SAVOIR
Âge : 268 ans
Couleur de parole : #663399
Dons:
DonsTypeNiv
1Hypnose04/10
2Discrétion03/10
3Fascination06/10

MessageSujet: Re: Peter Lynch   Mar 4 Aoû - 13:08

Pardon pour le verbe SEOIR, j'ai toujours eu du mal avec lui ça veut pas rentrer xD

J'ai rattrapé les petites erreurs donc, et j'ai changé troisième femme en troisième compagne pour plus de compréhension. Peter n'en a donc épousé que deux ! meh

Pas de problèmes pour les points de compétence, je comprends parfaitement et j'ai donc réparti le nombre de base ^^
Revenir en haut Aller en bas
Master of London

avatar

The Smog
Master of London

Inscription : 10/05/2009

À SAVOIR
Âge : Vieux
Couleur de parole : #A61E1E
Dons:
DonsTypeNiv
1
2
3

MessageSujet: Re: Peter Lynch   Mar 4 Aoû - 16:52

Félicitations pour ta validation !


Tu peux désormais te lancer dans le jeu, nous te rappelons cependant que :

- Même s'il n'y a pas de limite de RP simultanés, tâche d'être cohérent et maître de tes capacités à pouvoir répondre à tes partenaires ;
- Tu peux lancer un Rp libre et attendre que quelqu'un te réponde ou bien faire une demande dans la section appropriée ici ;
- Tu peux également te servir des missions disponibles pour ton premier Rp si tu es membre du VII, plus d'informations ici ;
- N'oublie pas de remplir ton carnet de bord et ta fiche de liens au fur et à mesure de ta progression dans le jeu. Cela permet aux autres joueurs de voir où tu en es ;
- Si certaines choses restent floues, n'hésite pas à contacter un membre du Staff qui prendra à coeur de te répondre rapidement ;
- Reste le plus important pour nous, te souhaiter la (re)bienvenue et un excellent jeu sur notre forum =)
Revenir en haut Aller en bas
 

Peter Lynch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il y a une vie après Peter Jackson.
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Retep
» Peter Lentz [Validée]
» Nouveauté possible grâce à Peter Jackson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VII : Le Requiem :: 
 :: Présentation des personnages :: Fiches Validées :: Vampires
-