Écouter l'ambiance de Requiem
 

Partagez | 
 

 Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pirate Teigneux

avatar

Edward Newfield
Pirate Teigneux

Inscription : 03/11/2015

À SAVOIR
Âge : 21 ans
Couleur de parole : Blanc
Dons:
DonsTypeNiv
1Dextérité05/10
2Volonté02/10
3Hacker05/10

MessageSujet: Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!   Ven 6 Nov - 2:28


État civil

• Nom complet : Edward Newfield.
• Race : Hunter.
• Date/lieu de naissance : 15 juin 2048, Londres.
• Age : 21 ans.

• Adresse actuelle : Un hôtel à Londres.
• Profession : Hunter à plein temps, hacker à ses heures
• Statut marital : Célibataire, parce que Sélène ne compte pas, apparemment (foutues lois humaines).

• Taille / Poids : 1m78, 70 kilos
• Couleur des cheveux / Yeux : Cheveux noirs, yeux verts.

Particularités

• Signe(s) particulier(s) :  Bague à la main droite portant le signe du zodiaque des gémeaux et lunettes.

• Une info importante ? Rien qui me vient, comme ça.


• Crédit avatar : K-Koji

Statistiques

Aptitudes

• Discipline 1 : Dextérité 04/10
• Discipline 2 : Volonté 02/10
• Discipline 3 : Hacker 04/10

• Explications : Depuis son plus jeune âge, Edward s’est entiché de tout ce qui avait rapport à la technologie. Au départ, c’était simplement par curiosité infantile, par jeu et par amusement. Toutefois, à mesure qu’il grandit, il se rendit compte de tout le potentiel de la technologie qui dominait le monde. Il prit conscience de tous les usages possibles d’une vaste connaissance informatique et se mit donc à apprendre tout ce qu’il pouvait sur le sujet. Il ne s’aventure pas encore à tenter d’accéder à des informations sensibles ou de se servir de ses dons pour s’enrichir, mais il reste très doué, et dangereux, avec un clavier et une souris.  



Descriptions

Physique

Il ne pourrait probablement pas y avoir une différence plus importante et plus flagrante entre le physique d’Edward et son caractère. Il est de taille moyenne pour un homme et de carrure modeste. ; ce n’est ni une armoire à glace ni un maigrichon. À première vue, il est l’exemple du parfait Londonien gentilhomme tel que l’on peut se l’imaginer. Il est toujours correctement coiffé et rasé et accorde énormément d’importance à son apparence et à son élégance.

Edward pourrait probablement paraître très charmant s’il ne passait pas le plus clair du temps à grimacer. Un rien peut le mettre de mauvaise humeur et il est relativement rare de le voir sourire en présence d’autres personnes. En ce sens, il est d’ailleurs l’exact opposé de sa sœur, puisque celle-ci est connue pour son caractère affable et son humeur joviale. Lorsqu’ils ont dû décider de la personne à qui céder l’arme familiale, ses parents l’ont, à contrecœur, choisi lui. Ils ne croyaient en effet pas que leur charmante et douce jeune fille avait le profil d’un hunter, mais ils craignaient la colère bouillonnante d’Edward. Entre deux maux, il fallut choisir le moindre et Edward représenta la peste l’emportant sur le choléra.

Au contraire de nombreux hunters, du moins le pense-t-il alors qu’il n’en a rencontré aucun à l’exception de son père, il ne possède encore aucune cicatrice de guerre. Son père, lui, en est recouvert. Les quelques fois où  il est venu en aide à son père pour une traque, ce dernier s’arrangea pour qu’il ne subisse aucune blessure. La tâche fut relativement ardue, puisqu’Edward, aveuglé par sa haine envers son adversaire, fonçait souvent tête baissée. Il évitait assez habilement les coups, mais était bien trop imprudent pour faire long feu en tant que hunter s’il n’arrivait pas à maîtriser davantage ses émotions. C’est d’ailleurs sur ce point précis qu’il a travaillé durant quelques semaines avant son départ pour Londres.
Concernant sa garde-robe, elle est assez variée. Il possède un nombre assez impressionnant d’ensembles tous plus élégants les uns que les autres. Malheureusement, par souci pratique (et un peu par interdiction de ses parents), il n’a pu emporter avec lui à Londres que le strict minimum, c’est-à-dire ce qu’il portait sur lui. Selon son père, un hunter doit s’habituer à combattre dans la tenue qu’il affectionne le plus, aussi a-t-il participé à tous ses derniers entraînements dans la même tenue qui est désormais en piteux état, ce qu’Edward essaye tant bien que mal d’ignorer avant de pouvoir en changer. Sa manche droite est déchirée sur toute la longueur, sa chemise est couverte de plis et de taches en tout genre (sang, boue, sueur,…), ses chaussures n’ont pas été cirées depuis ce qui lui semble être une éternité et l’un des verres de ses lunettes est fissuré. D’ailleurs, s’il porte des lunettes, c’est uniquement pour le style, il n’a aucun problème de vue.


Caractère

Maussade, en général. Edward est un être assez grincheux et colérique par nature, même si à première vue il n’en paraît rien. Il voue une haine presque sans égale à l’égard de tous les non humains, mais a appris à la cacher de façon plus ou moins subtile ; du moins, lorsqu’il ne les combat pas. Il lui arrive cependant de laisser jaillir cette haine lorsqu’il ne peut plus la contenir, auquel cas de rudes affrontements sont à prévoir. Il croit plus en l’action qu’en la parole, son ire ne prendra donc que rarement la forme de propos injurieux, mais bien plus souvent de coups violents et volontairement dangereux. Il n’est pas vraiment d’agréable compagnie, même s’il essaye de se forcer lorsqu’il y est professionnellement obligé, ni de nature très serviable. S’il est hunter, ce n’est pas tant pour aider l’humanité que pour combattre ceux qu’il se représente être ses ennemis.
Il possède un sacré penchant pour l’alcool et son foie est probablement celui d’un adulte d’une quarantaine d’années. Oubliez le stéréotype de l’Anglais et de son thé, si vous voyez Edward avec une tasse à la main, elle contient probablement plus de whisky qu’autre chose. Dans une autre vie, il était certainement Irlandais.

En général, il est également assez peu loquace, n’aimant pas se perdre dans des diatribes interminables. Il ne manque pas d’éloquence lorsqu’il le souhaite, mais il le souhaite très rarement. Il abandonnera souvent un débat, même s’il pense pouvoir le gagner, simplement parce qu’il n’aura pas envie de l’entretenir plus longtemps. Comme expliqué précédemment, c’est un homme d’action, pas de paroles.

Bien qu’il ne soit pas particulièrement sociable et qu’il préfère la solitude, il a conscience que s’il ne se mêle pas à ses pairs de temps à autre, il risque de devenir un véritable danger pour la société à force de se renfermer dans sa rancœur. Il s’efforce donc, parfois, d’être « gentil ». Un Edward se montrant trop « gentil » a de quoi effrayer plus d’un hunter aguerri, cela dit.

On peut tout de même lui reconnaître quelques qualités. Tout d’abord, il est extrêmement professionnel lorsqu’il entreprend de chasser. Il ne fera jamais rien qui puisse nuire à sa mission et poursuivra sa cible jusqu’à son exécution, sa propre mort ou l’annulation du contrat (bien que cette dernière option ne le pousse pas toujours à cesser sa poursuite). Il est téméraire, ne craint pas grand-chose, parfois au point de l’insouciance, mais n’est pas idiot non plus. Il a conscience des réalités de ce monde même s’il les combat et les rejette. Il se pliera donc aux ordres du VII, quoi qu’il arrive. Si ses parents l’ont envoyé à Londres pour reprendre le flambeau familial, c’est qu’ils espèrent que l’ambiance de la ville lui permettra de s’épanouir et de s’ouvrir un peu plus au monde. Peut-être s’y adoucira-t-il ? L’inverse est également très probable, malheureusement.

Pour ce qui est de la potentielle hypnose d’une créature à la dentition proéminente, il céderait probablement assez facilement si celle-ci utilisait sa colère et sa haine envers les non humains. Si, par exemple, un vampire le forçait à en attaquer un autre, ou à attaquer un lycan, l’hypnose serait sans nul doute efficace. Elle le serait cela dit probablement moins, mais pas impossible non plus bien entendu, si ce même vampire s’en servait pour lui demander de l’aider.


Possessions

Sélène, tout d’abord. Sélène est le nom de l’arme familiale des Newfield, une faux d’un mètre cinquante de long, équipée de deux doubles lames rétractables, de part et d’autre de l’extrémité du manche, de quarante centimètres de long et de quinze centimètres de large chacune. Les lames peuvent se rétracter grâce à un bouton situé sur le manche de l’arme, ce qui permet à Edward de décapiter une cible dont il a atteint le cou de son manche, mais également de manier son arme de façon plus fluide et efficace, en évitant de se couper lui-même aux énormes lames qui la composent. Lorsque les lames sont rétractées, l’arme a davantage l’apparence d’une hache que d’une faux, d’ailleurs. Chaque héritier de Sélène a gravé dans le manche de l’arme un symbole le représentant. Edward, lui, ne s’est pas encore décidé sur celui qu’il choisirait.

Un sac qui contient son ordinateur portable et un téléphone qu’il garde dans sa poche. En France, il possédait bien d’autres appareils lui permettant d’exceller dans le piratage, mais ces appareils étant coûteux et encombrants, il a décidé de ne pas les emporter dans son voyage pour Londres. Lorsqu’il se trouvera un logement, il les fera peut-être importer. Évidemment, son téléphone et son ordinateur sont au top de la technologie et il peut pirater presque n’importe quel réseau grâce à eux. Il n’a encore rencontré aucun obstacle qu’il ne pouvait franchir, mais il ne se risque pas aux cibles trop sécurisées.


Histoire

Edward

Sous une pluie torrentielle, le train reliant Calais à Londres circulait toujours à toute allure. La vue du déluge extérieur alors qu’il était, lui, bien au chaud en classe confort était l’une des rares capables de faire sourire Edward. D’habitude, il n’appréciait pas particulièrement les voyages, encore moins lorsqu’ils étaient aussi longs que celui-ci, mais ces derniers jours l’avaient complètement exténué et il profitait bien volontiers du repos qui lui était offert. Chaque muscle de son corps le faisait encore souffrir et sa tête débordait d’informations dont l’utilité lui échappait encore tant il était persuadé qu’il les oublierait bien vite. Son père, Arthur, l’avait poussé à se préparer au maximum avant son entretien au VII pour mettre toutes les chances de son côté. Edward n’avait aucune idée de ce à quoi il devait s’attendre. Allait-on tester ses capacités au combat ? Son intelligence ? Sa connaissance de Londres ou du monde actuel ? Les informations qu’il possédait sur le VII, les vampires et les lycans ? Son père avait mis un point d’honneur à ne lui donner aucun détail et cela l’énervait incroyablement.

Mentalement, il récapitula sa situation. Il allait bientôt revoir Londres et il ne savait pas vraiment ce qu’il ressentait à ce sujet. En fait, il y était né, 21 ans plus tôt, et y avait vécu pendant cinq ans avant que ses parents ne décident d’exercer leur profession en France. C’était d’ailleurs probablement un ordre du VII, mais il n’en avait jamais rien su, ses parents avaient l’habitude de garder secrets tous les ordres qu’ils recevaient. Toujours est-il qu’il n’avait que très peu de souvenirs de Londres en fin de compte. La ville pouvait bien avoir énormément changé, ou absolument pas, en quinze ans, il ne le remarquerait probablement pas.

Sur place, son premier souci allait être de trouver un hôtel le temps qu’il puisse s’offrir un logement. Il avait pris le peu de liquidités qu’il possédait, ses parents n’avaient jamais été particulièrement riches et n’avaient certainement pas voulu lui faciliter la tâche en éliminant l’aspect financier des futurs défis qu’il aurait à relever. Avec ses talents de pirate informatique, il pourrait probablement se faire facilement de l’argent, mais il doutait que le VII voie cela d’un bon œil s’ils venaient à l’apprendre. Il devrait se débrouiller autrement. Après tout, le VII payait probablement ses hunters, non ? Il se rendit compte, à ce moment précis, qu’il ignorait également ce détail. En fait, il ne savait presque rien du VII, si ce n’est son histoire et ses objectifs. Son fonctionnement interne lui était totalement inconnu.
Instinctivement, comme à chaque fois qu’il était perdu dans ses pensées, il s’amusa à tourner la bague qu’il portait à sa main droite. Le jour de son quinzième anniversaire, qui était également le jour du quatorzième anniversaire de sa soeur (oui, ils sont nés le même jour à un an de différence), sa sœur et lui-même découvrirent un cadeau de leurs parents qui les attendaient sur la table de leur salon. Deux bagues, portant le même symbole, le signe du zodiaque du gémeau. Bien que de natures totalement opposées, ils s’entendaient à merveille et partageaient une connexion tout à fait particulière. C’est le cas de nombreux jumeaux, paraît-il, et cela l’avait toujours fasciné, même s'ils n'étaient eux-mêmes pas vraiment jumeaux, techniquement. En temps normal, il ne ressentirait jamais la moindre sympathie pour quelqu’un comme Elya. Il ne ressentait d’ailleurs pas d’attachement extrême pour ses parents. Il les aimait, oui, probablement, mais il ne se sentait pas spécialement proche d’eux. Le lien du sang ne suffisait donc pas à expliquer l’affection qu’il portait à sa sœur. Toujours était-il qu’elle allait énormément lui manquer, maintenant qu’il allait faire sa vie à Londres.

Il en était là de ses réflexions lorsqu’un son strident et extrêmement irritant le tira de sa somnolence.


- « Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaan. Je t’ai dit que je voulais du jus de pomme pressé à la main. Celui-là est entièrement chimique. C’est répugnant ! »

Un couple entre deux âges était installé sur la banquette adjacente à la sienne. Leur fille semblait absolument charmante… Et en surpoids évident. Instinctivement, Edward empoigna l’étui de son arme qui était posé sur sa banquette, à ses côtés. Un réflexe. Dès qu’un détail l’énervait, avoir son arme sous la main pouvait l’apaiser.

- « Mamaaaaaaaaaaaaaaaaan. Ce cupcake au citron est indigeste. Trop sucré ! C’est inacceptable. J’exige qu’on dépose une plainte formelle contre le pâtissier ! »

Edward laissa échapper un long soupir. Il lui restait encore plusieurs dizaines de minutes avant d’arriver à destination et s’il devait supporter cette gamine aussi longtemps… Mieux valait ne pas penser à ce qu’il était capable de faire.

- « Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa. Cet homme est trop vilain. Ses habits sont sales. Il sent mauvais, aussi. Je ne veux pas de lui ici ! Demande à ce qu’on le change de place ! Nous devrions avoir un compartiment rien qu’à nous ».

Mais quel âge avait cette gamine ? Une dizaine d’années, tout au plus. Elle parlait évidemment de lui, il n’y avait personne d’autre aux alentours. Bon, il devait avouer que, oui, puisqu’il s’était entraîné sans relâche ces derniers jours, il n’avait pas vraiment eu le temps de prendre soin de lui. Ses parents avaient refusé qu’il parte avec d’autres vêtements que ceux qu’il portait depuis des jours. Il était obligé d’admettre qu’elle avait raison, il était dans un état déplorable, mais cela l’énervait probablement bien plus que quiconque. Les remarques de la gamine firent apparaître une veine dangereusement gonflée sur le côté de son front.  

Pour la calmer, les parents de la petite l’emmenèrent ailleurs, près de distributeurs automatiques de sucreries et délices en tout genre. Un sourire sadique se dessina sur le visage d’Edward. Cette gamine devait apprendre ce qu’était le karma. Il sortit son téléphone portable de sa poche et se mit à l’ouvrage.

Quelle magnifique époque que celle-ci. Les humains, dans leur extrême idiotie, se sont entourés d’appareils électroniques de plus en plus développés. Ils croyaient ainsi s’offrir un confort encore inégalé dans toute l’histoire de l’humanité. Des siècles auparavant, on leur avait interdit les esclaves ? Soit, ils se fabriqueraient leurs propres esclaves sans vie, l’éthique et la morale étaient de leur côté, cette fois. Leur vie était plus simple et probablement plus sûre aussi, n’est-ce pas ? Ils avaient trop froid ? Leur maison s’en chargeait pour eux. Un rôdeur s’approchait trop ? Une alarme déclenchée le fera déguerpir bien assez tôt ! Oui, la sécurité offerte par de tels bijoux de technologie était sans pareille. Mais pas sans faille. A l’époque des esclaves de chair et d’os, il suffisait de les convaincre qu’il était dans leur meilleur intérêt de trahir leurs maîtres pour en faire des outils précieux. Aujourd’hui, la façon de les convaincre est bien plus simple encore. Quelques clics, quelques codes binaires introduits aux bons endroits, quelques mots de passe piratés et… Magie.  C’était tellement simple, maintenant que tout était interconnecté ! Même ce train dans lequel ils se trouvaient possédait les mêmes failles.

Tout d’abord, il remarqua le badge électronique que la gamine possédait. Il avait vu énormément de morveux avec le même genre de jouets. Un badge à l’effigie d’un personnage de cartoon apprécié des enfants qui bougeait et parlait lorsqu’on appuyait dessus. Avec quelques modifications, il deviendrait bien plus drôle… Ainsi, l’espèce de hérisson humanoïde sur le badge de la gamine se mit à crier :


- « Mais tu vas la fermer, sale morveuse ? Et ne t’avise même pas de toucher à ces gâteaux, t’as pas assez de gras à perdre comme ça ? On ferait mieux de t’attacher au train et de te forcer à courir ! Ou bien roulerais-tu, plutôt ? »

Les parents, horrifiés devant le visage blême de leur petite-fille encore sous le choc (c’était probablement la première fois que quelqu’un osait s’adresser à elle de la sorte), arrachèrent le badge pour le jeter au loin, espérant ainsi résoudre leur problème. Certains humains sont décidément bien idiots. La deuxième cible fut le distributeur lui-même. Alors que les parents de la gamine appuyaient désespérément sur les boutons de la machine pour obtenir la barre chocolatée tant convoitée, seules des pommes tombaient. Au bout de quelques tentatives infructueuses, les instructions électroniques que la machine affichait changèrent.

- « C’est mieux pour toi, sale morveuse, t’as pas entendu ce qu’on t’a dit ? »

Le coup de grâce, alors que les trois restaient figés, incapables de réagir, fut le système de freinage du train. Un frein brutal et tous volèrent contre le mur, la gamine passa la tête la première dans le distributeur. Edward se rendit compte à ce moment précis qu’il aurait pu la tuer et se sentit coupable… pendant environ une demi-seconde. Il ne put s’empêcher de rire intérieurement quand il remarqua les deux dents cassées de la petite fille. Celle-ci se mit à courir en direction d’un autre compartiment, suivie de près par ses parents affolés.

Un peu de tranquillité, enfin. Finalement, cette journée n’allait peut-être pas être si mauvaise…

Quelques dizaines de minutes plus tard, le train arriva enfin à destination. Edward se mit à sourire une nouvelle fois quand il vit la gamine et ses parents sur le quai. On lui avait bandé la bouche en prévision de sa prochaine visite chez le dentiste, probablement.  Elle semblait incapable de parler correctement sans souffrir et il fut extrêmement satisfait de voir que ses parents en ressentaient visiblement un certain soulagement, cela se lisait sur leur visage.

Il était donc enfin à Londres et ne possédait presque rien. Les vêtements qu’il avait sur lui, son ordinateur, son téléphone et Sélène. Et si le VII refusait de l’embaucher ? Il n’avait même pas de quoi reprendre le train. Il pouvait pirater le réseau de la gare pour se falsifier un billet, cela dit. Ou cambrioler des banques ? Oui, au final, il avait le choix, ce ne serait pas la fin du monde. Ce qu’il redoutait le plus, c’était de devoir travailler avec des vampires. Il savait que certains étaient présents au sein du VII. Allait-on le forcer à faire équipe avec eux ? Il détestait les non-humains, tous, quels qu’ils soient. Il pouvait plus ou moins se contrôler et s’empêcher de tuer tous ceux qu’il croisait, il préférait tout de même n’en croiser aucun.

Sa répulsion pour ces créatures, il n’avait jamais vraiment pu se l’expliquer. Il croyait fermement en Dieu et était persuadé, depuis tout petit, que les vampires et les lycans étaient des créations du Diable. S’ils étaient sur terre, ce n’était que pour nuire aux humains, les protégés du Créateur. Ils étaient l’incarnation du mal et ils devaient être éradiqués, tous. Cela viendrait, il en était convaincu, il prendrait juste son temps. Créer une guerre ouverte contre eux serait idiot, il s’attirerait les foudres des membres du VII également. Non, il allait exercer son métier de hunter, comme tous ses collègues, en obéissant aveuglément aux ordres. Toutefois, dès qu’il verrait une occasion de mettre le feu aux poudres, de monter les lycans contre les vampires, de convaincre les autres hunters qu’ils devaient tous être exécutés, alors il agirait.

Pour le moment, il était inutile de penser à tout cela. Sa préoccupation principale était de trouver les locaux du VII et de s’y présenter. Cela non plus, ses parents n’avaient pas voulu le lui indiquer. Il allait devoir trouver son chemin dans cette grande ville par lui-même.


Entourage

Elya Newfield, sa sœur, Arthur Newfield, son père, et Rebecca Newfield, sa mère.

Histoire

Les Newfield sont une vieille famille de hunters qui remonte probablement à plusieurs siècles auparavant. Il est difficile de vraiment retracer leur origine, mais le nombre d’inscriptions sur le manche de Sélène indique déjà une bonne dizaine de maîtres différents à l’arme.

Edward en sait très peu sur le passé de ses parents. Tout ce qu’il sait, c’est que sa mère provient également d’une famille de hunters puisqu’elle possédait sa propre arme. Il n’avait jamais vraiment compris, d’ailleurs, pourquoi ses parents avaient dû réfléchir aussi longtemps avant de choisir l’héritier de Sélène, puisque le deuxième enfant pouvait très bien hériter de l’arme de Rebecca, mais celle-ci n’en avait pas fait don à Elya. D’ailleurs, cela faisait des années qu’il ne l’avait plus vue, son arme.

La dernière fois remontait à ses 18 ans, lorsqu’il dut se joindre à son père et sa mère pour une chasse commune. Il n’avait, auparavant, jamais vu sa mère se battre et il fut incroyablement surpris. Elle était bien plus douée que son père, que lui aussi, d’ailleurs. Son arme, c’était un arc d’une taille assez impressionnante. Il n’avait jamais soupçonné chez sa mère la force nécessaire au maniement d’une telle arme. Au final, elle aurait probablement pu s’occuper de la chasse elle-même. Depuis ce jour, elle ne prit plus part au moindre combat et son arc semblait avoir disparu, Edward ne l’avait jamais revu.

Elya, quant à elle, a également pour ambition de s’installer à Londres, tôt ou tard, mais pas en tant que hunter. Depuis toute petite, elle consacre son temps libre à aider les gens. Porter les courses des personnes âgées, surveiller les enfants de jeunes couples voulant se retrouver un peu seuls, donner des cours particuliers aux enfants en difficulté à l’école, elle s’adonnait à tout un tas d’activités que l’on pouvait qualifier d’humanitaires. Elle n’avait pas le tempérament d’un hunter, mais elle savait que le VII possédait une équipe médicale, spécialisée dans le traitement des blessures d’origine non humaine. Son rêve était de rejoindre cette équipe. Pour le moment, elle suivait des études de médecine et étudiait, le soir, tous les documents qu’elle pouvait trouver sur les vampires et les lycans, tout ce que la médecine traditionnelle ne traitait pas, en somme.


Derrière l'écran

• Comment avez-vous découvert le forum ? Pourquoi l’avoir choisi ?
J’ai été longuement et vicieusement harcelé, je suis ici contre ma volonté et… *réagit au canon froid posé sur sa tempe* Je… Je voulais dire que c’est à la fabuleuse et éblouissante cofondatrice que je dois l’immense honneur d’être parmi vous aujourd’hui, bien sûr.

• Êtes-vous très actif ? Moyennement actif ? Très occupé IRL ?
Difficile à dire, en fait. Je suppose que ça dépendra des moments ?

• Si vous veniez à disparaître définitivement, que devons-nous faire de votre personnage ? (le considérer comme mort, le mettre en prédéfini, etc.)
Je vous laisse choisir ce qui vous convient le mieux, je n’aurai pas d’objections (même si c’est pour le prostituer, mais je récupère 10% des bénéfices, non négociable).
• Une remarque ? Un commentaire ?
AIDEZ-M… *Sent à nouveau cette froideur bien particulière et reconnaissable* Je veux dire… Quel charmant endroit…

• Avez-vous bien signé le règlement ?
Voui, c’est fait !
Revenir en haut Aller en bas
Master of London

avatar

The Smog
Master of London

Inscription : 10/05/2009

À SAVOIR
Âge : Vieux
Couleur de parole : #A61E1E
Dons:
DonsTypeNiv
1
2
3

MessageSujet: Re: Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!   Ven 6 Nov - 19:33

Félicitations pour ta validation !


Nous avons beaucoup aimé ta fiche à la fois bien écrite et originale. Nous sommes impatients de voir évoluer cet infect personnage si prometteur =)

Tu peux désormais te lancer dans le jeu, nous te rappelons cependant que :

- Même s'il n'y a pas de limite de RP simultanés, tâche d'être cohérent et maître de tes capacités à pouvoir répondre à tes partenaires ;
- Tu peux lancer un Rp libre et attendre que quelqu'un te réponde ou bien faire une demande dans la section appropriée ici ;
- Tu peux également te servir des missions disponibles pour ton premier Rp si tu es membre du VII, plus d'informations ici ;
- N'oublie pas de remplir ton carnet de bord et ta fiche de liens au fur et à mesure de ta progression dans le jeu. Cela permet aux autres joueurs de voir où tu en es ;
- Si certaines choses restent floues, n'hésite pas à contacter un membre du Staff qui prendra à coeur de te répondre rapidement ;
- Reste le plus important pour nous, te souhaiter la bienvenue et un excellent jeu sur notre forum =)
Revenir en haut Aller en bas
Al'cide

avatar

Joshua Barnes
Al'cide

Inscription : 10/03/2015

À SAVOIR
Âge : 28 ans
Couleur de parole : #ffffff
Dons:
DonsTypeNiv
1Force6/10
2Bestialité5/10
3Crochetage4/10

MessageSujet: Re: Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!   Sam 7 Nov - 23:57

Welcome =^^=
Revenir en haut Aller en bas
Pirate Teigneux

avatar

Edward Newfield
Pirate Teigneux

Inscription : 03/11/2015

À SAVOIR
Âge : 21 ans
Couleur de parole : Blanc
Dons:
DonsTypeNiv
1Dextérité05/10
2Volonté02/10
3Hacker05/10

MessageSujet: Re: Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!   Dim 8 Nov - 1:48

Merci, merci! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Edward Newfield, ici de son plein gré, on vous dit!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plein le cul de palpatine et de son sénat de mes deux
» Ouvrir la porte d'un avion en plein vol pour fumer...
» En avoir plein le slip...
» salut a tous je vend plein de truque
» durler en plein air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VII : Le Requiem :: 
 :: Présentation des personnages :: Fiches Validées :: Hunters
-