Écouter l'ambiance de Requiem
 

Partagez | 
 

 Kiia L. Lönnrot - L'hiver s'invite à Londres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Télépathe Frigide

avatar

Kiia L. Lönnrot
Télépathe Frigide

Inscription : 18/02/2015

À SAVOIR
Âge : 24 ans
Couleur de parole : #99ccff
Dons:
DonsTypeNiv
1Dextérité05/10
2Volonté04/10
3Télépathie05/10

MessageSujet: Kiia L. Lönnrot - L'hiver s'invite à Londres    Mer 18 Fév - 17:34


État civil

• Nom complet : Kiia Liekki (le feu, en finnois) Lönnrot
• Race : Huntress
• Date/lieu de naissance : 13 mars 2045 dans la région de la Vallée de la Kymi, Finlande.
• Age : 23 ans.

• Adresse actuelle : 251 Walmer Road, London W11 4EW.
• Profession : Relectrice.
• Statut marital : Célibataire.

• Taille / Poids : 1m76 pour 60kg.
• Couleur des cheveux / Yeux : Platine / Bleu-gris.

Particularités

• Signe(s) particulier(s) : De nombreuses taches de rousseur sur les joues et le nez.


• Une info importante ? Kiia devait à la base s'appeler Keylin. Mais je cherchais un prénom finnois, et en me retrouvant sur un site de signification de prénoms, j'ai trouvé Kiia, qui signifie la femme aux secrets. J'ai tout de suite pensé que ce serait un joli clin d'oeil à sa troisième compétence.

• Crédit avatar : Unam-et-solum DA

Statistiques

Aptitudes

• Dextérité : 5
• Volonté : 3
• Télépathie : 2

• Explications : Kiia n'a aucun contrôle sur sa capacité. Si elle peut entendre les pensées les plus intimes des gens qui sont à ses côtés, elle n'a jamais su comment les faire taire. Elle considère cette faculté comme un réel handicap, puisque même la fois où elle aurait pu lui servir, elle n'a pas su l'utiliser à bon escient.

Descriptions

Physique

De taille suffisante pour une femme, Kiia pourrait passer pour un standard de poupées de magasine. La peau claire, sur laquelle deux yeux bleus gris ressortent, un nez fin, des lèvres pulpeuses qu'elle colore de rouge, des pommettes bien fuselées le tout parsemé de tâches de rousseur. Des cheveux clairs, trop clairs, coupés en une sorte de carré déstructuré, plus court d'un côté, plus long de l'autre, plusieurs boucles d'oreilles le long de son oreille gauche. Sa silhouette élancée et bien en chair concilie un tout qui pourrait la rendre désirable dans ces vêtements féminins qu'elle arbore, oui, si elle ne paraissait pas si froide de premier abord. Le fond de ses yeux semble fait d'une neige éternelle, aucune chaleur dans son regard. Des sourires forcés, factices, polis certes, mais dans lesquels on ne décèle aucune sincérité.

Et sous la panoplie matérielle, une marque à vif sur la chair brûlée, au niveau de sa cuisse, ainsi que des cicatrices encore visibles au niveau de ses poignets. Raisons pour lesquelles elle ne va jamais à la piscine, s'interdisant les maillots de bain, et dans le cas où elle délaisse les manches longues, elle met automatiquement des protèges poignets pour dissimuler les traces de certaines tentatives désespérées.
Elle a également un tatouage qui lui prend tout le dos et qu'elle a fait avant de quitter la Finlande. Il représente deux ailes d'ange, l'une blanche, l'autre noire, dont les plumes partent de ses épaules et descendent jusque sur ses hanches. Le long de sa colonne vertébrale, son épée est représentée, à moitié dépliée, et la pointe de la lame descend jusqu'à l'orée de ses fesses. Le pommeau est, comme son arme, doté de deux crocs de serpent.

Caractère

Dans son patelin de Finlande, Kiia était vue comme une jeune femme solitaire, froide, asociale. Depuis que sa télépathie s'est réveillée, elle évite le contact avec les gens, les entendre penser ne l'amuse pas du tout, ça la dégoûte même. Elle ne fait confiance à personne, parce qu'elle entend justement leurs plus viles pensées, ces choses qu'ils dissimulent volontairement.
La seule personne en qui elle croit est son grand-père, il est le seul à la connaître, un peu, et le seul à qui elle se confie de temps en temps. Elle le respecte plus que n'importe qui, et laisserait sa vie entre ses mains s'il le fallait.

Dans les rues de Londres, rien n'a vraiment changé. Elle reste la jolie femme que l'on n'ose pas approcher, car tout dans son regard nous conseille de la laisser tranquille sous peine de se faire envoyer bouler sans autre forme de procès. De nature irritée, elle n'est pas très aimable, et ne passe pas par quatre chemins quand elle doit dire quelque chose. Faire face à l'hypocrisie du monde l'a rendue a contrario très franche avec les gens qu'elle peut croiser.

Elle voue une haine sans faille aux vampires, et prendrait presque plaisir à les voir crever dans d'atroces souffrances. Parano sur les bords, elle les méprise, n'arrive pas à concevoir qu'ils aient le droit de vivre. Elle sait cependant que certains peuvent être utiles, mais cela ne lui suffit pas pour les respecter comme des êtres vivants. Ce sont simplement des cadavres ambulants qui essayent de racheter leur bonne conduite avant de clamser.

Quant aux lycans, elle n'éprouve envers eux aucune haine viscérale, à vrai dire elle n'a que rarement eu l'occasion d'en rencontrer. Mais elle considère que s'ils ont ce gêne de loup en eux, alors ils restent des animaux, imprévisibles, et sauvages. Tant qu'ils restent au chaud au sein de leur meute et qu'ils ne posent pas de problèmes, alors elle se contente de faire comme s'ils étaient de simples êtres humains.

Du reste, elle a la ferveur du combat, très appliquée dans son entraînement, et dévouée à l'extinction des sangsues. Elle ne connaît pas la pitié, ce qui la rend impassible et détestable. Au final, c'est presque comme si elle avait sa propre Bête intérieure, sauf qu'elle y aura cédé bien plus aisément que la plupart des vampires qui se battent contre la leur. Kiia n'hésite pas, elle agit. C'est mieux que de penser constamment, plus facile que de réfléchir, pour fuir ses angoisses, ses cauchemars, et tout ce qu'elle condamne au fond d'elle-même pour ne pas sombrer de nouveau dans ses élans suicidaires.

Possessions

Jörmungand, une épée serpent. D'alliage secret, on la nomme ainsi par sa faculté à s'étendre par un geste de force précis. En apparence, elle ressemble à une épée assez large, mais une fois dépliée, elle devient une arme à distance qui fait penser à un fouet vissé de lames. Son nom lui a été donné en mémoire aux ancêtres vikings, Jörmungand étant, dans la mythologie nordique, l'un des trois fils du dieu Loki et qui, l'on raconte, aurait tellement grandi qu'il encercla le monde en saisissant sa queue dans sa bouche, et maintiendrait ainsi les océans en place.

Elle garde également une lampe de poche à rayons ultraviolets sur elle lorsqu'elle doit se déplacer pour une banalité du quotidien des mortels, comme aller faire des courses ou visiter un musée, juste au cas où.

Histoire

Entourage

Les hunters scandinaves remontent au XIXè siècle et s'inaugurent en la personne d'Elias Lönnrot dans les années 1830. Connu par les finlandais comme un médecin et écrivain renommé pour son époque, il assurera l'héritage des hunters de Scandinavie, même si, de nos jours, son nom a fortement tendance à s'éteindre.

C'est un ancêtre direct d'Annikki Lönnrot, mère de Kiia, mariée jusqu'en 2059 à Louhi Liekki. Pas de divorce cependant, c'est la mort qui l'a étreinte. Louhi perdant peu à peu toute raison de se battre, confia son unique enfant au père de sa défunte, avant de disparaître dans des contrées lointaines au cours de l'été 2061.

Pyry Lönnrot, hunter dont le nom n'est plus à faire, à l'aube de ses soixante-dix printemps, a toujours veillé à s'occuper de sa petite-fille comme il le pouvait. Entre les missions et la formation de sa seule descendante encore en vie, il aura tout fait au mieux pour elle. Un lien très fort les unit, c'est le seul parent connu de Kiia. Aujourd'hui il n'exerce plus son rôle secret, la vieillesse et la fatigue des années de combats l'empêchant d'être compétent comme il le devrait, néanmoins, il conseille et enseigne les théories de ses propres expériences à tout hunter qui en ressent le besoin. C'est un vieil homme au grand coeur, Pyry, qui signifie celui qui s'attache.

Histoire

Il est temps Kiia.

Ukki*, on en a déjà parlé, tu sais ce que j'en pense.

Je m'en vais pour Londres, je voudrais que tu m'accompagnes. Il faut que tu te présentes au VII à ton tour, ma chérie, tu es prête.

Je ne le suis pas, je ne le serai jamais, tu le sais très bien.

Kiia, ce n'est pas parce que tu voues une haine inébranlable aux vampires que tu ne pourras pas accomplir de grandes choses. Tu es forte, et tu es douée. Tous les hunters de notre lignée se sont tournés vers le VII, c'est ton héritage, tu ne peux pas le renier.

Et si je le faisais ? Si je refuse d'aller là-bas, que j'ignore tout ce pourquoi j'ai été formée jusqu'à présent, tu me renieras toi aussi Ukki, comme l'a fait mon père ?

Ma petite fille, tu sais très bien que jamais je ne le ferais. Peu importe ce que tu feras, tu seras toujours de ma famille. Mais il est temps, que tu trouves ta place, et que tu fasses ce pour quoi tu étais prédestinée. On n'échappe pas à son destin Kiia, on s'y prépare et on s'y confronte, malgré les incidents, malgré les erreurs, malgré les pertes. Sers-toi de ta haine pour devenir plus forte, ne laisse pas ta peur te détourner du droit chemin. Je te promets d'être là encore le temps qu'il faudra, mais j'ai besoin que tu te relèves pour ça, je n'ai plus l'âge d'avoir de la volonté pour nous deux, ma chérie.


Elle dépose le cadre qu'elle tient entre les mains. Sous le verre, le reflet de sa mère semble encore coloré de vie. Pourtant il n'en est rien, voilà bien longtemps qu'elle a quitté ce monde. Elle lui manque, contrairement à ce père qui a pris la fuite elle ne sait où. Si elle a accepté de suivre son grand-père, elle ignore encore si elle sera capable de tenir ses engagements. Il est la dernière personne qu'elle voudrait décevoir, il compte sur elle, il croit en elle.

Elle froisse légèrement le papier du bout des doigts. Voilà un mois qu'elle est Londres, deux semaines qu'il lui a écrit cette lettre de recommandation à remettre au VII.

Remets-la lorsque tu te présenteras au VII, avait-il dit.

Mais elle n'avait toujours pas eu la force de s'y rendre. La peur, immense, d'aller à l'encontre de ces femmes et ces hommes forts, tenaces, respectables, qui passaient outre leurs croyances et leurs préceptes pour s'unir contre les vampires jugés coupables. Ils l'étaient tous, pour elle, alors comment pouvait-elle avoir la présomption de leur demander de devenir l'une des leurs, si elle-même n'était pas capable de murer sa haine sous silence ? Comment pouvait-elle songer un seul instant d'être à la hauteur, si elle n'était pas prête à collaborer avec l'un de ces êtres qu'elle détestait tant ?

Elle s'était souvent demandée si Pyry ne cherchait pas à la tester, au fond. Il savait la haine et la crainte tenaces qu'elle avait envers les êtres de la nuit, c'était une grosse part de ce qui l'empêchait d'avancer dans la vie, depuis son adolescence. Elle savait que s'il tenait tant à ce qu'elle fasse partie du VII, c'était certes pour faire revivre la lignée des hunters de Lönnrot, mais aussi, et surtout, pour combattre ses peurs, pour s'extirper de sa torpeur, pour se pardonner, aussi.

Elle ne l'avait pas beaucoup vu ces dernières semaines, malgré son âge avancé, et bien qu'il n'agisse plus en combat, Pyry restait très occupé. Il avait gagé de l'accompagner à quelques sorties de visite, pour l'accoutumer au pays, mais Kiia ne s'y sentait pas chez elle. La Kymi lui manquait, les lacs gelés lui manquaient, sa solitude extrême lui manquait, et par-dessus tout, sa mère lui manquait.

Affalée sur le fauteuil à l'odeur de renfermé, elle s'était mise à somnoler. Et bientôt son éternel cauchemar reprit la boucle infernale de ses souvenirs.

Son enfance passée trop vite, le début de son enseignement vers l'âge de onze ans, tout cela restait flou, comme trop doux pour être conservé. C'était la suite, à partir du moment où elle avait commencé à devenir folle, qui était la partie la plus claire, mais aussi la plus douloureuse. Elle avait cru avoir un problème lorsqu'elle s'était mise à entendre des voix, alors elle n'en avait pas parlé, pensant qu'on la délaisserait pour ça. Stupide, au fond, il y avait déjà tant d'étrangetés dans le monde, pourquoi l'aurait-on blâmée pour une telle faculté ?

A cette époque elle ignorait la gravité de ses choix, elle n'aspirait qu'à l'excellence, pour devenir aussi forte et respectée que sa mère. Sa mère était une grande femme, une huntress de renom, elle aurait tellement voulu la rendre fière. Mais ses rêves s'ébranlèrent cette nuit où, tétanisée, elle assista cloîtrée dans le placard de la chambre au meurtre de sa mère. Trahie par son propre binôme, vigilance endormie par des années de collaboration avec cette aberration de la nature. Elle ne l'avait pas vu venir, ce damné des Enfers, elle n'avait pas prévu qu'un soir il la mordrait jusqu'à la laisser vide de toute vie, étalée dans draps blancs, gisant dans son sang.

Elle revoyait souvent ces images, puis les autres, qui avaient suivi. Un père qui avait perdu toute raison, et qui la tenait pour responsable de n'avoir rien dit ni rien tenté cette nuit-là. L'énorme cicatrice sur sa cuisse la lançait encore parfois, quand elle se rappelait avec quelle facilité il avait plaqué la lame bouillante sur sa chair. Ce n'était pas tant la douleur physique qui perdurait, mais celle, psychologique, qui impliquait toute la responsabilité de ses torts. Pour qu'elle se souvienne à jamais qu'elle avait laissé sa mère crever sans rien faire. Alors qu'elle aurait pu, si elle avait parlé de ce qu'elle entendait parfois.

Dans son cauchemar, elle redessinait la lame de rasoir avec laquelle elle s'était entaillée les veines ce jour où son père était finalement parti, la laissant seule face à ses démons, face à sa peine. Elle avait voulu faire taire l'agonie, elle avait voulu mourir, pour rejoindre sa mère, ailleurs, partout sauf ici.

Et son grand-père était arrivé, la tirant de ses excès. Il l'avait prise sous son aile et s'était occupé d'elle jusqu'à aujourd'hui. Il avait tout fait pour lui redonner une raison de se battre, pour la forcer à se battre. Il lui avait enseigné ce qu'un hunter doit savoir, il lui avait appris à manier l'épée de la famille Lönnrot. Et il l'avait convaincue de l'accompagner à Londres...

Elle se réveilla en sursaut, le front perlé de sueur. Les bouffées de chaleur l'assaillent, elle suffoque. En dernière image, elle avait vu sa mère l'implorer d'écouter Pyry, ce grand-père à qui elle devait la vie et bien plus encore.

Je le ferai, d'accord, mais il faut que je sorte d'ici d'abord, avait-elle énoncé dans le vide de l'appartement.

Elle avait enfilé un jogging, s'était parée, avait entouré son cou de l'écharpe noire qu'elle n'avait jamais quittée, et était sortie.

Courir, ne plus penser à rien. Après quelques heures de courses, elle se sentirait mieux, c'était certain. La fatigue prendrait le dessus, il n'y aurait plus que le néant, et demain, peut-être, elle aurait le courage de se rendre au VII pour accepter son destin.

*Ukki = Grand-père en finnois

Derrière l'écran

• Comment avez-vous découvert le forum ? Pourquoi l’avoir choisi ?
Je l'ai découvert totalement par hasard ! *joke* Je suis ravie d'embarquer dans l'aventure dès le début. De base un simple passage pour donner un avis, et finalement irrémédiablement séduite par l'univers.

• Êtes-vous très actif ? Moyennement actif ? Très occupé IRL ?
Cela varie de très actif à moyennement actif, selon les périodes, si je travaille ou non. Mais je préviens toujours en cas de réduction d'activité.

• Si vous veniez à disparaître définitivement, que devons-nous faire de votre personnage ? (le considérer comme mort, le mettre en prédéfini, etc.)
Si d'aventure je venais à disparaître définitivement, ce que je ne me souhaite pas, vous pouvez considérer que Kiia aura été assassinée par son binôme 8D.

• Une remarque ? Un commentaire ?
Je commence quaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaand ?

• Avez-vous bien signé le règlement ?
ÉCRIRE ICI
Revenir en haut Aller en bas
Master of London

avatar

The Smog
Master of London

Inscription : 10/05/2009

À SAVOIR
Âge : Vieux
Couleur de parole : #A61E1E
Dons:
DonsTypeNiv
1
2
3

MessageSujet: Re: Kiia L. Lönnrot - L'hiver s'invite à Londres    Dim 22 Fév - 8:17

Hellow,

comme indiqué sur skype, les commentaires, demandes de modifications de fiches s'effectueront à partir de mercredi !
Cependant, j'aime déjà beaucoup Kiia!
Revenir en haut Aller en bas
Télépathe Frigide

avatar

Kiia L. Lönnrot
Télépathe Frigide

Inscription : 18/02/2015

À SAVOIR
Âge : 24 ans
Couleur de parole : #99ccff
Dons:
DonsTypeNiv
1Dextérité05/10
2Volonté04/10
3Télépathie05/10

MessageSujet: Re: Kiia L. Lönnrot - L'hiver s'invite à Londres    Mar 24 Fév - 14:45

Heyo !

J'ai fait quelques ajouts légers que je pensais utiles, alors je vous tiens au courant :

- Ajout d'un paragraphe dans le caractère concernant son opinion sur les lycans
- Ajout d'un objet dans les possessions
- Précision quant à la lettre donnée par Pyry dans l'histoire

Voili voilou, vivement demaiiiiiiiiiin !
Revenir en haut Aller en bas
Master of London

avatar

The Smog
Master of London

Inscription : 10/05/2009

À SAVOIR
Âge : Vieux
Couleur de parole : #A61E1E
Dons:
DonsTypeNiv
1
2
3

MessageSujet: Re: Kiia L. Lönnrot - L'hiver s'invite à Londres    Mer 25 Fév - 0:02

Félicitations pour ta validation !


Tu peux désormais te lancer dans le jeu, nous te rappelons cependant que :

- Même s'il n'y a pas de limite de RP simultanés, tâche d'être cohérent et maître de tes capacités à pouvoir répondre à tes partenaires ;
- Tu peux lancer un Rp libre et attendre que quelqu'un te réponde ou bien faire une demande dans la section appropriée ici ;
- Tu peux également te servir des missions disponibles pour ton premier Rp si tu es membre du VII, plus d'informations ici ;
- N'oublie pas de remplir ton carnet de bord et ta fiche de liens au fur et à mesure de ta progression dans le jeu. Cela permet aux autres joueurs de voir où tu en es ;
- Si certaines choses restent floues, n'hésite pas à contacter un membre du Staff qui prendra à coeur de te répondre rapidement ;
- Reste le plus important pour nous, te souhaiter la bienvenue et un excellent jeu sur notre forum =)
Revenir en haut Aller en bas
 

Kiia L. Lönnrot - L'hiver s'invite à Londres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Le nouveau thème d'hiver !
» Design - Hiver 2011 | IMPORTANT |
» Le parfum des roses d'hiver
» prévisions pour l'hiver!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VII : Le Requiem :: 
 :: Présentation des personnages :: Fiches Validées :: Hunters
-